L’ascension de Felix Antoine Tshisekedi à la présidence de la République Démocratique du Congo a fait couler beaucoup de salives et encres. L’actuel Président fait face à une situation qui le rend presque cérémoniel car sa plateforme électorale Cap vers le Changement [CACH] est une minorité dans les deux

chambres de l’Assemblée Nationale et n’a pas non plus pu obtenir trois gouverneurs sur l’entièreté du territoire national.

Son grand challenger Martin Fayulu Madidi qui d’ailleurs réclame la victoire des dernières présidentielles et qui a fait route avec d’autres figures de proues tels que Katumbi, Bemba et Mbusa Nyamwisi n’arrête de proclamer à qui voudrait l’entendre que Tshisekedi est un président automate de Joseph Kabila.  

A l’annonce de son retour au début de ce mois sur le plateau de la chaine de télévision France24, Moise Katumbi semblait se désolidariser de la position radicale de Martin Fayulu et paraissait prendre un ton conciliateur en faveur de Felix Tshisekedi.  

Ces facteurs se sont révélés le 20 mai 2019 le jour du retour de Moise Katumbi à Lubumbashi après trois années passées en exile en Belgique lorsqu’il a annoncé à sa foule de sympathisants qu’il convaincra Fayulu et Bemba de rencontrer Felix Tshisekedi afin de trouver un terrain d’entente.

L’œil d’aigle de la Rédaction d’Hapamedia a aussi remarque que le Jet de location qui a ramené Moise Katumbi à Lubumbashi et Kashobwe et le même avion qu’a pris Felix Tshisekedi pour se rendre en Afrique du Sud répondre à l’invitation d’investiture de son homologue Cyrille Ramaphosa.

En Afrique du Sud, Moise Katumbi s’est rendu a l’hôtel de Tshisekedi ou ils ont discuté en présence du directeur de cabinet du Président, Vital Kamhere.

Ce rapprochement pourrait être un signal indiquant que faute de majorité dans les instances parlementaires du pays, Tshisekedi voudrait le soutien du coordonnateur de la plateforme LAMUKA, Moise Katumbi qui enregistre un chiffre considérable d’élus en province comme au niveau national.

Un autre fait à relever est le désenchantement de l’honorable Bahati Lukwebo ancien ministre de Joseph Kabila et président de l’alliance AFDC/A qui rafle le plus grand nombre d’élus au niveau national. Bahati accuse la coalition majoritaire FCC de ne pas apprécier son apport à cette majorité en l’écartant de toutes les nominations effectuées comme la présidence de deux chambres de l’assemblée nationale et la désignation du premier ministre.

La question que les analystes se posent est celle de savoir si le rapprochement n’insinuera pas une désolidarisation avec Joseph Kabila. Seule l’avenir nous dira.

Jerry Nguwa