Bahati Lukwebo s’inquiète de l’octroi de « faux diplômes » suite au Covid-19

Le sénateur professeur et patron du parti politique AFDC, Bahati Lukwebo est parmi les premiers acteurs proéminents de la classe politique congolaise à se prononcer contre les mesures de déconfinement progressifs annoncées par le Chef de l’état ce mardi 21 juillet 2020.

En sa qualité de Professeurs des universités, Bahati Lukwebo pense qu’il sera honorable pour les ministres de tutelle de l’enseignement primaire secondaire et Technique et celui de l’enseignement supérieur et universitaire Par peur d’octroyer des diplômes sans soubassement intellectuel. La pandémie du Covid-19 justifierai le cas de force majeur nécessaire afin de décréter une année blanche.

Diplômes sans soubassement intellectuel

C’est en l’espace de 18 heures seulement depuis l’annonce du Président de la République annonçant la reprise des cours pour les finalistes d’abord ce 3 aout 2020, que Bahati Lukwebo a réagis sur son compte Twitter en ce terme « Ayons le courage de décréter une année blanche a l’EPST et a l’ESU. Le cas de force majeure est justifié par le Corona virus. Préparons sérieusement la prochaine rentrée scolaire et académique. Pas de diplômes sans soubassement intellectuel. Rien ne presse. »  

Comment récupérer 4 mois en 1 mois ?

Cette réaction certes à haute voix n’est pas la seule au pays. L’opinion publique se pose nombreuses questions sur le sujet. L’acteur politique œuvrant à Bunia, Luc Malembe réagit d’une manière inquisitive ; « Peut-on honnêtement récupérer toutes les matières de 4 mois non dispensées en seulement 1 mois dans les écoles ? …est-il possible que les étudiants finalistes finalisent la rédaction et la défense de leurs travaux sans préjudicier l’année académique prochaine »

 

Par Jerry Nguwa